Amérique du Sud, Carnet de bord, South america, Travel diary

L’Est argentin, des ruines jésuites aux chutes d’Iguazu

argentina - iguazu -dancer with a backpack

C’est peu dire que notre parcours dans l’Est argentin ne commençais pas de bonne augure. Depuis Salta, nous avons décidé de couper la route jusqu’aux chutes d’Iguazu en nous arrêtant dans la réserve naturelle d’Ibera. Nous prenons donc des bus pour rejoindre Mercedes, ville de départ d’un autre bus pour Colonia Carlos Pellegrini, le seul village dans la réserve. Sauf que nous sommes arrivées trop tard le premier jour, et qu’il n’est pas passé le jour suivant à cause de la pluie. On a attendu toute une journée dans un hotel un peu douteux, dans une ville où il n’y a rien à faire. Le lendemain, il pleut des cordes… On décide donc d’abandonner nos plans et de partir. On était pas de très bonne humeur forcément (on a perdu du temps et de l’argent…). Mais cet évènement nous a fait réaliser que l’on n’avait pas eu de problème depuis un petit moment.

San Ignacio

Notre prochaine destination est San Ignacio pour voir les missions Jésuites. Notre chance tourne dès que l’on descent du bus! On arrive assez tard, et on rencontre Mickael, le responsable de l’agence de tourisme locale. Il nous indique l’auberge la moins chère et son bureau pour qu’on passe le voir le lendemdain. L’auberge est vraiment sympa avec des dortoirs sympas et une belle piscine! (note d’Océane : « et la confiture à la banane était tellement bonne! »)
Le jour suivant, nous allons donc à l’office de tourisme. On organise en général tout par nous même par soucis d’économie. Cependant après plus de 4 jours à ne rien faire à part prendre des bus, on avait envie de faire des belles visites. On réserve donc une journée au Paraguay pour y voir les missions Jésuites, une demi-journée pour visiter les sites aux alentours qui ne sont pas accessible à pied et 3 jours dans la réserve naturelle de Ibera (on tient notre revanche!).
Avec ce beau planning en tête, on va visiter la mission Jésuite en ville, San Ignacio Mini. Ce site est incroyable, j’ai adoré! C’est un mélange de nature rebelle et de ruines. C’est entré directement dans mon top 3 des sites archéologiques au monde (avec Angkor et Paestum). La journée était belle, on était vraiment contentes. Nous avons terminé l’après-midi au bord de la piscine à profiter du soleil et de l’eau chaude.
Malheureusement, le lendemain, il pleut des cordes à nouveau… On se lève persuadé que notre escapade au Paraguay va être annulée. Mais non, le taxi est là à 8h pétante. Nous traversons dans un petit ferry le rio qui sépare l’Argentine et le Paraguay. On a visité deux missions ce jour là, Trinidad et Jesus de Tavarangue. Ici, les ruines sont plus grandes et plus propre. J’entends par là, qu’ils ont fait en sorte de maitriser la nature et ont coupé pas mal d’arbre. A mon goût, cela enlève le charme que j’avais aimé la veille. Quand on rajoute à cela la pluie, j’ai vraiment préféré ma visite de San Ignacio Mini, mais c’était tout de même une bonne visite.
Nous n’avons pas eu plus de chance le jour suivant, il pleut. Nous avions prévu la visite de 2 ruines et du parc naturel. Avec le temps, on ne pourra pas accéder au parc, par contre nous sommes quand même allées aux missions jésuites. Santa Anna et Loreto sont des plus petits sites, mais avec la végétation folle et la météo, il y avait une ambiance assez mystique. Avec la pluie, on était seules (et mouillées), c’était drôle et je me suis amusée à prendre des photos un peu sombres.

Iguazu

Avant de nous rendre à Ibera, nous avons passé 3 jours à Puerto de Iguazu pour visiter les chutes et passer Noël. Nous avons seulement visité le côté argentin des chutes. Le côté brésilien est plus petit et on nous a dit qu’il ne valait pas forcément le détour. Notre visite du côté argentin a été super et suffisante, on a pas ressenti le besoin de passer la frontière pour en voir plus.
Ce site est bien sûr très touristique, mais on peut éviter la foule avec quelques astuces. Déjà, il faut arriver tôt, évident je sais. Nous sommes entrées sur le site vers 8h30 et c’était très bien. Ensuite, il ne faut pas suivre la foule qui se dirige tout de suite vers le petit train. Partez plutôt directement faire les deux boucles, qui permettent d’admirer les chutes d’en haut et d’en bas. Ma préféré a été celle qui permet de voir les chutes d’en bas, c’est là qu’on peut avoir la plus belle vue de ces immenses cascades.
Après ça, on a fini par prendre le petit train qui emmène à la « gargantua del diablo » (encore une!). Là il est impossible d’éviter la foule, on marche à la queue leu leu sur une passerelle. On arrive juste au dessus de la chute, et on peut voir le volume d’eau qui tombe, c’est impressionnant!
Dernière étape de la journée, le sentier Macuco, il nous permet de nous enfoncer dans la foret tropicale. Là, il n’y a jamais de touristes car il faut marcher 2h, attention juste le sentier ferme à 15h pour être sur que les gens soient de retour avant la fermeture. Le sentier est plat et très facile, il se termine par une petite cascade où l’on peut se baigner. Quand on marche, il faut observer le sol, pour ne pas écraser une fourmis géante et lever la tête pour observer des araignées tout aussi impressionnantes.
Comme nous avions décidé de ne pas aller voir les chutes au Brésil, nous sommes allées à Guira Oga, un refuge pour animaux. Ils prennent soin des animaux bléssés (sur la route principalement) ou détenu comme des animaux de compagnie. Le plus possible, ils font en sorte de libérer les animaux dans leur habitat naturel dans de bonnes conditions. Malheureusement, ce n’est pas toujours possible (blessures trop importantes ou détenus en captivité trop longtemps) et ce sont ces animaux que l’on peut voir pendant le tour. C’est bien car l’on peut voir des animaux tropicaux sans cautionner les zoos et le fait de garder des animaux captifs pour notre simple divertissement (on aide même au contraire).

Ibera natural reserve

Nous partons finalement pour la réserve naturelle de Ibera. Depuis Pasadas, on embarque dans un 4×4 qui nous conduira jusqu’à Colonia Carlos Pellegrini. Nous avons 3 activités incluses dans notre tour. On commence par l’expédition en bateau. Nous avons fait le tour du lac et on a pu observer des crocodiles, différents oiseaux et des biches. C’est génial comme on peut s’approcher des animaux, ils n’ont pas peur.
Le matin suivant, on part à pied se balader avec un guide. Nous avons vu les mêmes animaux que la veille, plus des singes et des carpinchos (les animaux les plus étranges que j’ai jamais vu!). Le soleil devient vite étouffant, nous n’avons rien de prévu avant 17h pour éviter la chaleur. Nous sommes donc restées au bord de la piscine au frais (en brulant quand même un peu malgré la crème). En fin d’après-midi, nous avons ajouté une balade à cheval. J’adore les chevaux donc j’étais super contente, mais je ressors toujours un peu frustrée de ces balades car le cheval est dressé uniquement pour faire le tour et ne répond pas du tout aux commandes qu’on lui donne.
Après ça, nous avons fait une marche de nuit, j’avoue ne pas y avoir trouvé un grand intérêt. On voit les mêmes animaux que pendant la journée. Heureusement, il y avait des centaines de lucioles, pour créer un peu d’ambiance.
Attention, cette zone est chaude et pleine d’eau, vous l’avez deviné, il y a des moustiques. Encore une fois, j’étais leur préférée, les vêtements longs et le spray anti-moustiques ne les ont pas empêchés de me piquer (à travers mes vêtements et sur mon visage) mais j’imagine que pour tout autre personne ça aurait du suffire.
Le matin suivant, nous avons pris le bus qui n’était pas passé quelques jours plus tôt, et tout c’est bien déroulé.
Même si nous n’avons pas eu beaucoup de chance avec la météo, cette région est vraiment belle et offre une belle variété d’activités. Je vous laisse profiter des photos. A la prochaine.

 

Comment se déplacer? Les bus sont vraiment chers en Argentine. Il faut compter facilement 2000 pesos pour un bus de nuit (qui sont moins confortables qu’en Bolivie ou au Pérou) et pour un bus court on a payé par exemple 400 pessos pour Mercedes – Colonia Carlos Pellegrini.

Où dormir? Mercedes: Je ne recommenderai pas forcément cet hotel mais c’est le moins cher de la ville alors je le mentionne: Ibera Hostel à côté de la station de bus (300 pesos la nuit)
San Ignacio: une auberge vraiment au top: SI Hostel (350 pesos la nuit petit déjeuner inclus)
Puerto de Iguazu: auberge sympa avec une piscine: Hostel park Iguazu (287,5 pesosla nuit petit déjeuner inclus)
Colonia Carlos Pellegrini: inclus dans notre tour voir plus bas

Combien coûte les visites? San Ignacio: le ticket pour toutes les missions jésuites coûte 220 pesos
Avec l’agence Tierra Colorada turismo, nous avons planifié une journée au Paraguay, la visite des ruines qui nécessitent une voiture et les 3 jours à Ibera pour 200$US. Je recommende vraiment cette agence, Michael a été super sympa et commercial, les prix nous ont semblées juste.
Inclus dans notre expédition à Ibéra : le transport depuis Ibera, les deux nuits en auberge avec le petit déjeuner, une marche de nuit, une marche de journée et le tour en bateau. Nous avons ajouté la promenade à cheval pour 450 pesos.

Iguazu: L’entrée sur le site des chutes coûte 700 pesos et le bus pour s’y rendre 130 pesos le trajet.
L’entrée à Guiraoga coûte 300 pesos et le bus 25 pesos le trajet.

San Ignacio mini

San Ignacio mini

San Ignacio mini

San Ignacio mini

Paraguay

Paraguay

Paraguay

sous la pluie

argentina - iguazu -dancer with a backpack

Iguazu – cet oiseau était intéressé par mes empanadas

argentina - iguazu -dancer with a backpack

Iguazu

argentina - iguazu -dancer with a backpack

Iguazu

argentina - iguazu -dancer with a backpack

Iguazu

argentina - iguazu -dancer with a backpack

Iguazu

argentina - iguazu -dancer with a backpack

Iguazu

argentina - iguazu -dancer with a backpack

Iguazu

Guira Oga

Guira Oga

Réserve naturelle Ibéra

Réserve naturelle Ibéra

Réserve naturelle Ibéra

Réserve naturelle Ibéra – les carpinchos

Réserve naturelle Ibéra

Réserve naturelle Ibéra

Réserve naturelle Ibéra

Réserve naturelle Ibéra

Réserve naturelle Ibéra